Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 21:14

 

 

 

 

 Je ne pouvais pas vraiment me le permettre mais je l'ai fait quand même.

 Hier après-midi. J'ai craqué. Pas pour une vétille, ni un caprice. Non.

Pour quelque chose d'important. Qui nourrit, abreuve. Et m'apporte un

bonheur incomparable. Je me suis acheté des livres. Avec une véritable

jubilation. Tous en édition de poche bien sûr. Heureusement qu'elles 

existent. Il me faudra rogner sur autre chose, bien que je me demande

sur quoi ce sera encore possible. Mais cela n'a aucune prise sur la joie

que j'éprouve. Mes trésors dans un petit sac en papier, je me sentais  

 légère, si légère en marchant jusqu'à l'arrêt du bus malgré un autre sac,

beaucoup plus lourd.  

Je les ai couvés du regard et déjà j'imaginais tous les voyages, qu'à leur

contact, j'allais faire.  Ces écrivains jamais lus qui vont entrer dans ma vie.

D'autres, connus, aimés, qui me proposent de nouvelles rencontres.

Je suis pauvre mais je suis riche. De tous ces univers à toucher, humer,

ouvrir, fermer. Ces pages qu'on tourne les une après les autres, ces

histoires, ces fragments de soi, ces mondes dans lesquels on pénètre et

qui vous pénètrent pour faire partie intégrante de votre histoire.  

Les livres sont mes alliés, ils me grandissent, apaisent mon âme même

s'ils me bouleversent. 

Ils m'emportent, ils m'emportent... mais peut-être avez-vous envie de 

savoir lesquels j'ai emporté, moi, dans mon sac en papier ?

J'avais ma petite liste...D'auteurs ou de titres...

 

 

 Dans le scriptorium - Paul Auster

 

Sanctuaire - William Faulkner

 

Un  territoire fragile - Eric Fottorino

 

Baisers de cinéma - Eric Fottorino

 

 La joueuse d'échecs - Bertina Henrichs

 

Lettres à Fanny - John Keats

 

Ces mots qui nourrissent et apaisent - Charles Juliet

(celui-là n'est pas en édition de poche...Mais je n'ai

pas pu me résoudre à le remettre en rayon...)

 

 

 

 




Partager cet article

Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans A l'ancre de mes mots
commenter cet article

commentaires

carole 23/09/2010 12:05


il y a aussi les bibliothèques quand on n'a pas le sous ;-)


Oeildenuit 15/08/2010 16:55


Les Lettres à Fanny! Chanceuse.
J'ai hâte d'avoir des extraits.


Petit Poucet rêveur 20/08/2010 21:15



 


C'est surtout le seul livre de lui que j'ai trouvé...


Des extraits...tu en auras :)



Quichottine en pause à durée indéterminée 11/08/2010 10:30


Personne ne peut aller aussi souvent qu'il le voudrait partout où il le voudrait... Mais je te remercie pour ces mots.

Je suis triste, c'est vrai.

Demain sera un autre jour.


Petit Poucet rêveur 12/08/2010 12:02



 


Je suis en train de préparer une réponse...Je te réserve une petite surprise...



Lali 10/08/2010 22:06


De beaux moments en perspective...
Je suis certaine pour un titre, du moins!


Petit Poucet rêveur 10/08/2010 22:40



 


Et moi pour plus d'un :)


Merci, Lali...



Quichottine en pause à durée indéterminée 10/08/2010 20:57


J'espère que tu nous raconteras...

... parce que tu vois, je n'ai lu aucun de ces livres...

Passe une belle soirée, Petit Poucet. Merci d'être passée. Cela m'a beaucoup touchée.


Petit Poucet rêveur 10/08/2010 22:23



 


Oui, un jour, je vous raconterai...


C'est étrange parfois. Parce que je ne lis pas souvent les commentaires, surtout quand il y en a beaucoup...Et chez Sophie, ton pseudo m'a sauté aux yeux. Et j'ai été intriguée, un peu inquiète
même...Et j'ai lu que tu étais triste...Alors d'un bond, c'était facile d'aller voir ce qui se passait :) Et je ne viens pas aussi souvent que je voudrais...


Je t'embrasse, Quichottine.


 



Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace