Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 22:22
                                                                                               Pour    Géraldine


                                                                                         

La nuit n'est jamais complète

Il y a toujours puisque je le dis

Puisque je l'affirme

Au bout du chagrin une fenêtre ouverte

Une fenêtre éclairée



Il y a toujours un rêve qui veille

Désir à combler faim à satisfaire

Un coeur généreux

Une main tendue une main ouverte

Des yeux attentifs

Une vie la vie à se partager



                       
                                                   Paul Eluard


Partager cet article

Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Le souffle des poètes
commenter cet article

commentaires

Mahina 26/11/2009 08:27


Voilà un poème de Paul Eluard que j'aime beaucoup!! "Il y a toujours un rêve qui veille.... un main ouverte..."
Je viens de chez Quichottine, tu t'en doutes surement...il n'y a bien qu'elle pour nous faire découvrir des petites beautés sur la toile... mais j'aime dans un blog que je ne connais pas, cliquer
au hasard, et ce'st ainsi que je relis ce poème... sourire... et, il me va bien pour démarrer ma journée! Merci


Petit Poucet rêveur 26/11/2009 14:41


Bienvenue à toi, Mahina...Non, je ne me doutais que tu venais de chez Quichottine...Il y a tant de monde chez elle que je ne peux pas connaître tous les noms ! Je serais plus nuancée :elle bien sûr
mais d'autres aussi, la Toile est si vaste...Et il y a de bien beaux univers...Moi aussi j'aime cliquer au hasard...Ravie de ce bon démarrage !
Merci à toi.


Quichottine 24/11/2009 23:52


C'est un de mes poèmes préférés...

Merci, Petit Poucet. Je suis contente de le trouver là ce soir.


Petit Poucet rêveur 26/11/2009 10:55


Je suis bien contente, moi, d'apprendre que c'est un de tes poèmes préférés...


Ut 23/11/2009 19:02


Décidément Monsieur Eluard est d'actualité :)
S'il avait vu, vécu ce que je sais ; ce que mon corps manque encore, je pense qu'il aurait modifié quelques vers....


Petit Poucet rêveur 23/11/2009 20:12


Je suis sûre qu'il y a toujours un rêve qui veille chez toi, Ut...Une main tendue quelque part...Non ? Sinon je te tends la mienne...
Je t'embrasse.


Bindou 23/11/2009 16:22


Pour moi c'est les dessins, mais la démarche est la même et la quête et les espoirs; le regard qui se tourne encore malgré les années passées vers un avenir qu'on espère meilleur, un avenir fait de
nos mots , de nos touches.
Bisous ma douce


Petit Poucet rêveur 23/11/2009 20:02


Tu va mieux alors ?...je m'en réjouis ! Bien sûr Bindou, chacun sa façon de l'exprimer. Que ce soit en mots, en dessins, en sculptures, l'important c'est la quête...Et elle nous réunit. C'est ce
qui fait toute la richesse et la complémentarité entre les uns et les autres...
Merci pour ta douceur, Bindou...


Danièle 23/11/2009 15:50


Magnifique poème
Et comme j'aime Eluard
Quelques mots de lui, gravés sur la poutre de ma cheminée
"Je fis un feu..."
Je viens de l'écouter dit par Gérard philipe sur Vive Voix anthologie sonore de poésie.
Je ne sais pas mettre les liens...

Merci Poucet; Il n'est pas encore nuit, mais le jour est si gris qu'il en a presque la couleur..

Merci aussi à Géraldine pour ce partage !


Petit Poucet rêveur 23/11/2009 19:56


C'est vrai ? Des mots-poème sur ta cheminée ? Il doit faire bon chez toi...Je ne le connais pas vraiment tu sais, juste des bribes...J'ai tant à découvrir ! Ah Gérard Philippe , ça me plarait de
l'entendre aussi...
Merci beaucoup Danièle.


Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace