Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 15:09



Pas la peine de s'opposer ni de fuir quoi que ce soit.
Inutile non plus de courir après quoi que ce soit.


                                                                                            
Maître Taisen Deshimaru






Partager cet article

Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans A méditer
commenter cet article

commentaires

Quichottine 12/11/2009 11:07


J'ai dormi... bien sûr !

Rire !

... Pour le reste, je suis d'accord... J'ai interprété les mots à ma façon étant donné que je ne connaissais pas le livre.


Petit Poucet rêveur 12/11/2009 11:17


Je suis ravie de te faire rire de temps en temps !
Le livre en fait contient une citation différente chaque jour...Ce livre ne m'appartient pas d'ailleurs...
Je crois même qu'on peut interpréter d'une façon un jour, d'une autre le lendemain...On interprète toujours à sa façon, en fonction du moment où on reçoit les mots, en fonction de son vécu, de
sa  sensibilité...Et puis il y a toujours plusieurs lectures aussi...
Je t'embrasse.


Quichottine 11/11/2009 03:20


C'est évident... on peut toujours interpréter de différentes manières.

Cependant, je pense que là, c'est comme s'il nous disait que tout est inutile, et la bataille, et la fuite... et les rêves.


Petit Poucet rêveur 11/11/2009 11:46


Effectivement je ne pense pas que ce soit ça qu'il veuille dire. Il y a des combats à mener et d'abord contre nous-mêmes. Et bien sûr il faut s'opposer aux dictatures, à la violence sous toutes ses
formes, à la pauvreté...Mais cette citation-là comme pas mal d'autres sont tirées du livre Eveils, 365 paroles de sages d'Asie. Et je pense que les "sages" se concentrent davantage sur eux-mêmes.
Et les batailles qu'ils livrent sont non-violentes...
De même on ne peut pas fuir la mort ou encore la maladie ni le fait de vieillir...
Et les rêves, bien sûr qu'ils sont précieux. Ne plus rêver, c'est déjà mourir quelque part. J'y tiens comme à la prunelle de les yeux...
Bon mercredi, Quichottine.

Je repasse...Et je vois l'heure...Dis, tu as quand même dormi ?...Après...


Quichottine 10/11/2009 17:19


Je pense que tu t'en doutes, mais je ne suis pas du tout d'accord avec cette pensée.


Petit Poucet rêveur 10/11/2009 22:53


Non, je ne m'en doutais pas...En quoi n'es-tu pas du tout d'accord ? On peut voir ces phrases, surtout la première en ce qui me concerne, sous différents angles.

Comme je l'ai répondu à Jean, ce sont des phrases qui m'interpellent.


Jean 10/11/2009 11:18


Oui , mais là , autant dans mon commentaire précédent je tendais vers plus d'Absolu , autant ici , je me fais petit car cette proposition est pour moi un objectif que je vois bien lointain pour mes
capacités actuelles !


Petit Poucet rêveur 10/11/2009 15:24


Ce sont des phrases qui m'interpellent...Moi aussi je me sens si petite...
Merci pour votre passage, vos lectures et vos mots ce matin...


Danièle 08/11/2009 22:55


Les choses, les évènements s'imposent d'eux-même.. Alors, les recevoir, les accepter et juste les transformer.. Un peu... En supportable

Belle nuit Poucet


Petit Poucet rêveur 09/11/2009 13:28


Rien à ajouter...Sauf que la transformation donne parfois du fil à retordre...
Merci Danièle.


Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace