Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 20:58


Pour mon anniversaire, mes enfants m'ont offert quatre livres.


Syngué sabour
Soie
Pas facile de voler des chevaux
Train de nuit pour Lisbonne


Avant-hier j' ai terminé la lecture de Syngué sabour écrit par l'écrivain afghan Atiq Rahimi, prix Goncourt 2008.
Ce roman est écrit à la mémoire d'une poétesse afghane sauvagement assassinée. "Affaire familiale". J'ai cherché son nom parce que dans le livre il n'y a que ses initiales : Nadia Anjuman. Elle avait 25 ans.

Atiq Rahimi je l'ai découvert à la foire du Livre de Bruxelles le 8  mars dernier. Dans le train, au retour, j'avais écrit quelques mots tellement cet homme m'a fait une forte impression.


"Il me semble que c'est maintenant que je découvre la beauté, que je prends pleinement conscience de la beauté d'un homme. Loin de l'idôlatrie, je suis dans la saveur, dans la contemplation. Quand je l'ai vu arriver pour la rencontre qui allait durer une heure, d'emblée, j'ai été impressionnée. Subjuguée par ce qui se dégageait de cet homme. Un style, une séduction qui n'a rien d'ostentatoire ou d'excentrique. Mais une présence. Si forte. Cheveux noirs, lunettes à monture noire, chapeau, foulard. Racé, élégant. Une originalité qui lui appartient et lui sied parfaitement. Souvent je l'ai regardé pendant l'entretien. La beauté était devant moi, j'en remplissais mon regard. Comme je remplissais mon cahier de notes, de phrases.


"Détruire un corps, c'est détruire une âme.
détruire une âme, c'est détruire un corps.
"

"
Ceux qui ne savent pas faire l'amour font la guerre."

 En parlant de la feuille blanche, il dit  : "Les gens, les situations habitent en nous. Nous, on devient une pierre de patience, ça se transforme en pierre de passion."

                                                                                                           Particulièrement pour Erellwen,
                                                                                                           pour qu'un jour, bientôt,
                                                                                                           tu trouves la
                                                                                                           "délivrance".



"syngué sabour [...] n.f. (du perse syngue "pierre", et sabour "patience").
Pierre de patience. Dans la mythologie perse, il s'agit d'une pierre magique
que l'on pose devant soi pour déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances,
ses douleurs, ses misères...On lui confie tout ce quel'on n'ose pas révéler
aux autres...Et la pierre écoute, absorbe comme une éponge tous les mots,
tous les secrets jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate...
Et ce jour-là on est délivré.
                                                                                                                                        
                                                                                       (quatrième de couverture)
 
Syngué sabour

                                                     
Pierre de patience  


                                                                                                                           
Atiq Rahimi







Partager cet article

Repost 0

commentaires

colette 05/12/2009 19:01


des livres que tu cites mon préféré est "Soie" mais je n'ai ps lu "Pierre de patience" et j'ai comme toi une grande attirance pour "Novecento"
belle soirée


Petit Poucet rêveur 06/12/2009 20:14


J'ai beaucoup aimé "Soie"...Pierre de patience est un livre douloureux...Qui rend hommage à la femme, emprisonnée de bien des façons...Mais pour "Novecento" ce n'est pas moi qui en ai parlé, c'est
Polly...:) Je ne le connais pas, celui-là, mais vous me donnez envie de le lire aussi !
Merci Colette.


polly 04/12/2009 07:04


merci pour cette information.
Sans doute aurais-je le temps de m'arrêter dans les mots de cet auteur.
Je lis, mais le plus souvent des essais. En ce moment je suis dans "un homme sans gravité" (référence à Musil, l'homme sans qualité) de deux psychanalystes qui tentent de cerner l'homme
d'aujourd'hui, et sa "nouvelle économie psychique".


Je lisais énormément fut un temps, livres refuges, livres fuites. Mais le temps est si étranglé maintenant que parfois je me contente de relire mes grands auteurs.

Soie, c'est un des romans de Barrico qui m'a le plus touchée avec Novecento, pianiste. Et puis "océan mer" que j'ai adoré sauf la fin.
Mes enfants ont aimé aussi son imagination et cette écriture à la fois simple et poétique..

Les autres auteurs me restent inconnus.

Bonnes lectures petit Poucet rêveur.


Petit Poucet rêveur 04/12/2009 21:11


C'est vrai que j'ai beaucoup de chance d'avoir le temps pour lire...Mais j'ai tellement de lectures à rattraper...Des années de lecture à rattraper....Je lis principalement des romans, de la
poésie...Merci pour cet échange, Polly.


Quichottine 03/12/2009 21:47


Je vais chez ma fille... il n'y aura pas de "carnet de voyage" à mon retour. :)

Bonne nuit, Petit Poucet.


Petit Poucet rêveur 04/12/2009 20:58


Je te souhaite un bon séjour et de beaux moments...Il ne peut pas toujours y avoir de "carnet de voyage"...On le garde parfois pour soi aussi...
Je t'embrasse.


Quichottine 03/12/2009 21:21


Sourire... Tu sais, je vais devoir encore m'absenter.

Mais ce n'est pas parce que je n'écris pas que je ne pense pas à toi.


Petit Poucet rêveur 03/12/2009 21:44


 Tu pars encore en voyage ?...
Je le sais...Et tu sais que je le sais :)
Et j'ai du plaisir, moi, à te voir et te lire ailleurs...:)
Bonne nuit, dame Quichottine...


Renard 03/12/2009 21:09


Nadia Anjuman a été déclarée suicidée alors que c'est son mari qui l'a assassiné à coups de bâtons. Tu en as déjà vu toi des gens qui se suicident de cette façon?
En plus, ils ont confié sa fillette de 2 ans à son mari, comme il a tué sa femme car elle était trop émancipée à son goût, reste à deviner ce qu'il va faire de sa fille...
Bonne fin de soirée à toi


Petit Poucet rêveur 03/12/2009 21:28


Tiens, te voilà plus tôt que prévu...:) C'est terrible, n'est-ce pas...Je ne savais comment elle était morte. A Bruxelles, Atiq a dit aussi que c'était la mère qui avait poussé le gendre à tuer sa
fille. Il a été atterré en apprenant la mort de cette jeune femme dont il "raffolait" des vers. Il a cherché à en savoir plus et j'ai lu dans un article qu'il avait été voir le mari: "Trois
semaines plus tard, le voilà dans ses montagnes pour mener l’enquête. A l’hôpital pénitentiaire, il retrouve l’époux meurtrier, qui gît sans connaissance après s’être injecté de l’essence dans les
veines. «Il était là, allongé, muet. Je me suis dit: ‘‘Si j’étais une femme, je resterais près de lui juste pour tout lui cracher.’’»
C'est de là qu'est né "Pierre de patience".
Et voilà une enfance sabotée, une de plus...
J'aimerais bien la découvrir, cette jeune poétesse.

Merci beaucoup, Renard.


Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace