Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 17:28


                                                                                            
                                                         ' 033





                                                         









Croiser votre regard.
Ressentir le trouble de cet impact.
Ce serait à Paris sans aucun doute,
puisque c'est là que vous vivez.
Je serais fortement intimidée. 
Par ma démarche.
Par la beauté de votre visage aux lignes pures.
J'aurais en mémoire ces mots écrits par la journaliste
dans cet article où je vous ai découvert :
"...cet elfe aux cheveux longs et au visage gracile."
Vous auriez pu jouer dans "Le seigneur des anneaux".
C'est ce que je vous dirais, fascinée, subjuguée devant vous, oubliant
presque la raison de ce rendez-vous. Une robe. D'une exquise volupté.
Quelque chose que je n'ai jamais porté. Une robe. Dessinée par vous.
Jouer les grandes dames. Une seule fois. Pousser l'audace jusqu'à
prétexter un rendez-vous amoureux. Unique. Magique. Inventer.
Du rêve. Du vent. Des braises dans les yeux, se prendre au jeu.
Croquis, essayages. Féminité exacerbée dans un jaillissement de tissus.
Souplesse des matières, accord des couleurs. Pour couvrir, anoblir ce corps
désarmé, pudique, antidote des mannequins à la beauté formatée. 
Corps de femme pétri de vie. Portée, donnée. Solitaire. Enveloppé soudain
d'une parure éclatante. Née sous vos doigts. Aérienne, repartir sous des
effluves de luxe.
Après avoir croisé une dernière fois votre regard.
Et ressentir pendant longtemps le trouble de cet impact.




Photo : Julie L.

Partager cet article

Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans A l'ancre de mes mots
commenter cet article

commentaires

tilk 07/05/2010 23:57


j'aime tes mots...tu me manques
besos
tilk


Petit Poucet rêveur 11/05/2010 21:40



Merci d'être passé encore une fois et ici...J'ai justement rouvert le magazine hier pour revoir son visage et lire son début de parcours. Ah il m'a bien inspiré !


Merci pour tes mots, Tilk. Ils m'ont tant touchée.



MULLER Géraldine 27/02/2010 23:50


Un texte très bien écrit: une rencontre mais aussi une illumination; l'oeil voit au-delà de l'apparence; au-delà de la simple beauté sourit la splendeur. Et le mot a ce pouvoir de lever les voiles;
il possède cette magie de transcendance.

Des textes de qualité, tous.


J'ai essayé de mettre ton blog en lien sur le mien; mais ça ne marche pas (erreur flux RSS; je ne comprends rien...),; ah la technique!

Je te souhaite un beau week-end constellé de mots, Petit Poucet rêveur!

Bises

Géraldine


Petit Poucet rêveur 28/02/2010 13:58


Merci Géraldine. Tes mots me touchent.
"Le mot a le pouvoir de lever le voile". Très beau...
Pour le lien, je ne sais pas t'aider...Mais ne t'en fais pas...
Bon dimanche à toi, Géraldine.


Renard 25/02/2010 18:40


Tu as osé écrire ce que beaucoup ressentent et rêvent.
C'est très beau...


Petit Poucet rêveur 25/02/2010 21:00


Merci Renard...


chantal 24/02/2010 21:52


Un texte superbe, tout en sensibilité, volupté... et une féminité... qui se dit, et OSE être... même si ce n'est que dans l'imaginaire, c'est beau !

Je repars emplie d'émotion... comme tu peux l'imaginer ! Merci

Sourire du soir


Petit Poucet rêveur 24/02/2010 22:02


Merci Chantal ! J'imagine très bien, oui...
J'ai honte de ne pas encore t'avoir répondu...Mais ça viendra tu sais :)


Clo 24/02/2010 20:03


Princesse romanesque qui vit un rêve de beaux atours, d' un instant éphémère où le rêve deviendrait réalité, d' un instant où le temps n' existerait pas, n' aurait aucun impact sur le réel.
Je me trompe certainement sur tes intentions, mais je devrais relire ton texte plusieurs fois.
Bonne soirée :)


Petit Poucet rêveur 24/02/2010 21:27


Je suis tombée sur cet article, j'ai été séduite par le visage, en noir et blanc. J'ai lu l'article, l'interview. J'ai inventé une histoire. C'est tout...
Masi tu peux relire quand tu veux :)
Merci Clo...


Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace