Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 22:51



De Maria, ce soir,


Le monde où je vis me répugne mais je me sens solidaire des hommes qui y souffrent.



Albert Camus







Partager cet article

Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Extraits - paroles d'auteurs
commenter cet article

commentaires

Quichottine 20/11/2009 17:59


Le monde où nous vivons est différent...

Je crois que l'on peut toujours s'y sentir solidaire... et, en le regardant de plus près, y trouver des choses à admirer.

Merci pour Camus.


Petit Poucet rêveur 20/11/2009 20:26


Oui, plus que jamais s'y sentir solidaire...Et savoir regarder ce qu'il y a de beau...
C'est Maria qu'il faut remercier...Et toi aussi...


Renard 19/11/2009 22:00


J'endosse ces mots à 200%


Petit Poucet rêveur 19/11/2009 22:50


Merci Renard pour ton passage ce soir...C'est une agréable surprise.


Ut 18/11/2009 21:04


Alors là... c'est un très beau résumé de ma pensée!


Petit Poucet rêveur 18/11/2009 21:51


J'en suis ravie, Ut...Une très bonne fin de soirée à toi.


kris 18/11/2009 14:04


Magnifique cette citation !

Biz


Petit Poucet rêveur 18/11/2009 20:23


Tiens, qui voilà...J'ai du plaisir à te retrouver...


Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace