Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 13:23
Même  si tu sens la fatigue,

Même si le triomphe t'abandonne,

Même si une erreur te fait mal,

Même si une trahison te blesse,

Même si une illusion s'éteint,

Même si la douleur brûle tes yeux,

Même si on ignore tes efforts,

Même si l'ingratitude en est la paie,

Même si l'incompréhension coupe ton rire,

Même si tout a l'air de rien,


Recommence !


Ecrit par les mères de la place de Mai, à Buenos Aires.


Un vieux texte reçu à l'aube de l'année 1992.
Une pensée, à ma manière, en cette journée mondiale des disparus.
Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Eté 2009
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 15:20
Le premier juillet, notre chienne est morte. Elle avait treize ans. Une belle tranche de vie que nous avons passée en sa compagnie. Cela faisait des mois qu'on se demandait quand la faire partir. Elle avait eu un accroc, genre crise d'épilepsie ou thrombose. Depuis cet épisode-là, elle était sous médicaments. On ne savait pas si elle passerait la nuit, comment ça allait évoluer et puis elle a continué sa petite vie, limitée à la maison et aux sorties dans le petit jardin. La vétérinaire nous avait dit que nous verrions quand le moment serait venu : quand elle ne sentirait plus la terre dehors, quand elle n'aurait plus du tout d'appétit, quand elle se laisserait aller. Mais voilà, Raku continuait à manger, à sentir toutes les odeurs dehors, dans ce petit espace vert.  Seulement il fallait l'aider à se lever depuis des mois et pour ma part je n'y arrivais plus.
En outre, les dernières semaines elle se mettait à aboyer quand nous montions dans les chambres, le soir. Sans doute que la solitude devenait trop lourde pour elle, difficile de savoir ce qu'un animal ressent.
Difficile aussi de décider de la mort d'un animal. Cela aurait été moins dur si elle avait perdu ses facultés mais non, jusqu'au bout elle aura gardé toute sa tête comme on dit.
Que deviennent les animaux, après leur vie sur terre ? Y-a-t-il un paradis pour eux ? Ces questions, qui peuvent peut-être paraître naïves, le petit Poucet rêveur que je suis et que je resterai continuera à se les poser... 
Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Eté 2009
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 14:31
Place des Palais le 14 août nous étions 15.000 ! Je viens de le découvrir sur le site de Saule qui ce soir-là terminait la soirée. Je n'en reviens pas : 15.000 personnes ! Et nous y étions, ma fille No et moi !








Je vous invite à découvrir cet artiste belge, un grand gars imposant mais qui en impose surtout par son talent, ses chansons drôles ou tendres, sa gentillesse et sa simplicité.
C'est la quatrième fois que nous assistons à un de ses concerts et l'été dernier aux Francofolies de Spa, il y avait une séance de dédicaces sous la tente Fnac. Ils étaient là tous les sept autour de la table et chacun a signé ou écrit un petit mot dans un de mes nombreux carnets...Très beau souvenir.

Un petit aperçu d'un ou deux textes que j'aime beaucoup :


 

Le temps passe

 

 

Et le temps passe
Les jours se fanent
On se tracasse
Le bout de l’âme

Les rires s’effacent
Ainsi s’achèvent
Lentement sans laisser de traces
Nos jolis rêves

Et je préfère fermer les yeux
Me dire que demain sera mieux
En silence, je m’endors
Sans conscience, ni remords

Ref :
Oublier mes défaites
Et me faire a l’idée
Que sur cette planète
Je résume ma vie
Avec des peut-être (x2)

Baptiste Lalieu Auteur/compositeur

 

 

 



Madame Pipi



Sur sa p’tite table jaune à fleurs
Au milieu de nos odeurs
Quel bonheur,
Madame pipi fait la gueule

Dans son assiette qui s’abîme
Luisent les pièces de vingt centimes
Sublime, Madame pipi s’fait son film

Ref :

Elle a plus de style dans ses gestes
Que toutes ces stars du show-business
Plus de classe qu’les gens qui passent
En costard trois pièces
Avec sa bombe, elle vaporise
La vie salace des journées grises
Elle aseptise les fosses plus sceptiques
Qu’une église

Puis le soir quand tout s’éteint
Madame pipi attend son train
Elle regarde le cœur léger
Son p’tit ciel étoilé

Elle dandine sur la voie ferrée
Sur son visage on voit pointer
Le sourire d’une fée
Si c’était vrai

Ref

Moi, j’dis
Que dans ces personnes qu’on oublie
Sommeille un soleil de minuit
Une p’tite lueur qui fait de ces femmes
De jolies dames

Baptiste Lalieu Auteur/compositeur

Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Eté 2009
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 12:31
                                                                                 
                                                                        


                             Le tout premier concert de cette édition 2009 :
                   14 août, Place des Palais
                         
                           La Casa

                        (prononcer La Cassa)

                                      
                             






                                                                  Quelques pas dans le désert
                              Une pluie de violoncelle
                              Et la Casa nous emmène sur le
                              "parvis des souvenirs"

Des chansons françaises ponctuées de quelques autres aux sonorités chaudes de la langue espagnole.


                               Deuxième concert


Ils ont enflammé la Place des Palais où j'ai découvert leurs visages et leur répertoire musical.Une coloration reggae pour un groupe qualifié de politiquement engagé et qui soutient Greenpeace :
                            TRYO

                  


            

             
                        



          

          



          
Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Eté 2009
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 20:56























  









                                                       


Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Eté 2009
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 09:20










C'est l'intitulé d'un stage proposé, comme beaucoup d'autres cet été, par les Ateliers d'Art
Contemporain, stage qui s'est déroulé à l'Académie des Beaux-Arts du 13 au 17 juillet 2009.


"Le collage peut vous mener à créer des oeuvres d'art
sans nécessairement avoir des notions de dessin ou
de peinture. Avec toutes sortes de matériaux (papiers,
journaux, photocopies, photographies, végétaux, plumes,
peintures, etc) le collage permet une libre expression."


Néophyte en arts plastiques, ce stage m'a attirée et je m'y suis donc inscrite.
Que dire de cette semaine si ce n'est qu'elle fut, pour moi, une véritable semaine de vacances ?
Avec, cerise sur le gâteau, le repas du soir préparé tour à tour par un de mes enfants.



Cinq jours hors de la maison, hors de mes murs pour mettre en avant et développer ma créativité.
Cinq jours à passer en revue quantité de magazines, à découper, minutieusement ou avec les doigts.
A imaginer, choisir, coller, peaufiner. A travailler sur du carton, du coton. A manier pinceaux ou fusain.
A jouer avec les matières. Tissu, plumes, cordes, fleurs séchées. Avec les peintures, les couleurs.
Sous le regard discret et toujours attentif de l'artiste Dominique Deleuze. C'est un plaisir de travailler,
parler avec elle, d'être portée par sa beauté rayonnante, par la paix qui émane d'elle.
Oui, une véritable semaine de vacances avec, à la clé, de belles rencontres.




Le premier collage consistait à meubler ce salon, avec son imaginaire et créativité,
tout en donnant une cohérence à l'ensemble.


















                                                   Ci-dessous, sur le thème "Voyage"































Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Eté 2009
commenter cet article

Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace