Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 18:06
E x t é n u é e

La fatigue sur elle comme une sourde poussière.
Elle a le gris au corps, le coeur défait plus encore
que le visage, les genoux qui cognent. Fourbue.
Elimée. A force d'être bue jusqu'à la lie. Emiettée
au long des heures. Rompue. Sous la façade du
vêtement, personne. Evanouie. Le bout du jour ne
viendra donc jamais. Sombrer dans le ventre du
noir, ne plus lever le petit doigt ni courir, nourrir,
laver, compter, satisfaire l'insatiable. En finir avec
cette lassitude rouée de peine.




S a u v e g a r d é e

De l'aube elle garde un air de royauté. Si démunie
soit-elle, elle porte trace d'anciennes richesses.
comme une cape l'immuniserait du mal, du gel.
On l'aperçoit égarée dans une rue, une gare, un
bureau ; on la voit pareille à toutes les femmes.
Une fine poussière recouvre déjà son visage qui
fut vif, brillant et malicieux ; un retard dans les
gestes, la démarche, l'achemine, loin du fracas et
de la fureur, vers la blessure toujours fraîche des
tombes. De l'enfance elle détient un  talisman.


                                        Singulières et plurielles - Colette Nys-Mazure



De tous les livres de Colette que je possède, celui-ci est le plus usé, le plus vivant. Lu et relu sans relâche. Il porte les traces de mes nombreux passages,  de mes nombreux voyages à visage, corps et coeur
de femmes.   Imprimés dans ma mémoire, dans ma chair. Femmes "Plurielles, innombrables, passées, à venir. Toujours des femmes à aimer en deça et par-delà les ombres et les clartés".

Partager cet article

Repost 0
Published by Petit Poucet rêveur - dans Le souffle des poètes
commenter cet article

commentaires

Danièle 20/10/2009 17:26


Lire ici les mots de Colette Nys-Mazure... Quel bonheur !
Oh que j'aime l'écriture de cette dame.
J'ai "Sans y toucher" en deux exemplaires dont un me suit où que j'aille, dans le sac où sont enfouies toutes mes "choses" indispensables...

Merci Poucet et @ bientôt !


Petit Poucet rêveur 29/10/2009 17:00


 C'est un bonheur de rencontrer une autre liseuse qui la connait aussi ! Et qui aime son écriture ! "Sans y toucher" je l'ai aussi, et c'est vrai que j'y touche souvent...J'aurais d'ailleurs
quelque chose à dire à propos de ce recueil, il faut que j'y pense et surtout que je le mette en pratique ! Qu'il fasse partie de ton indispensable m'étonne merveilleusement...Je suis ravie de
cette connivence, Danièle !


Quichottine 19/10/2009 22:31


Il en est des livres comme des hommes que l'on rencontre. Certains laissent des traces, d'autres non.

Merci pour ces mots que tu me fais découvrir.

Passe une belle soirée. Je t'embrasse fort.


Petit Poucet rêveur 19/10/2009 22:46


Je suis fatiguée et demain dure journée encore...Alors je répondrai dans quelques jours si tu veux bien, quand je pourrai à nouveau me trouver derrière cet écran.
Je t'embrasse, Quichottine.


Se couler vers un ailleurs

Je ne sais vers quel changement je me coule "
  mais le voyage a bel et bien  commencé.
  
Vers un ailleurs où je pourrais me poser,
poser mon corps chaotique et fatigué,
le poids de mes blessures.

Un ailleurs avec des mots
léchés par les vagues 
à moins que ce ne soit par mes larmes.
Car, à portée de regard, comme une évidence: la mer.
A perte d'horizon. La mer. 
Sa rumeur, ses humeurs.
La mer et l'écriture comme subsistance,
pain de mes jours.

Un ailleurs à l'écoute
de ma petite musique intérieure.
A défaut d'une chambre à soi,
inventer symboliquement un espace
qui m'appartienne,
que je puisse habiter à ma façon.
Construction encore bien fragile et hésitante, 
à grands coups de découragement, 
de tentatives maladroites et d'acharnement,
cet endroit se dessine peu à peu. 
Sous mes yeux. Sous les vôtres s'ils s'y posent. 

Espace impalpable qui se voudrait
alcôve sobre et chaude pour y loger 
un peu (le peu) de ce que je suis. 
Espace impalpable mais vivant
comme un battement d'aile.


      
         
Oui, le voyage a bel et bien commencé.

                                                        
                              
                      21 juillet 2009                          

Recherche

Plantez des arbres...

Choisissez ETHICLE et plantez des arbres.

DSCF1085.jpg
          Photo : Julie

100 recherches = un arbre planté.
http://www.ethicle.com

Archives

Je soutiens



                                        Médecins du Monde
                                                                et
                                                              
                                              G
reenpeace